chevalierTitre : Prodigieuses créatures
Auteur : Tracy Chevalier
Editeur : Editions de la Table Ronde/Quai Voltaire
Nombre de pages: 377

 

Auteur:
Née en 1962 à Washington DC, Tracy Chevalier vit à Londres depuis 1984. Outre La Jeune Fille à la perle (2004), La Table Ronde a publié, dans sa collection Quai Voltaire, Le Récital des anges (2002), La Dame à la licorne (200.3), La Vierge en bleu (2004) et L’Innocence (2007).

Résumé:
« La foudre m’a frappée toute ma vie. Mais une seule fois pour de vrai » Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde.
Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique, exclusivement composée d’hommes, qui la cantonne dans un rôle de figuration. Mary Anning trouve heureusement en Elizabeth Philpot une alliée inattendue. Celte vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste, face à l’hostilité générale, leur meilleure arme. Avec une finesse qui rappelle fane Austen, Tracy Chevalier raconte, dans Prodigieuses Créatures, l’histoire d’une femme qui, bravant sa condition et sa classe sociale, fait l’une des plus grandes découvertes du XIXe siècle.

Mon avis :
Voici un prodigieux roman qui s’appuie sur des faits réels. Même si le sujet est assez spécifique, la passion des deux héroïnes pour les fossiles m’ a complètement embarquée.
Bien évidemment, l’aventure humaine domine dans ce roman. Depuis le rencontre de Miss Elisabeth Philpot et de Mary Anning, le roman va nous emmener dans leur passion mais aussi vers la jalousie et la querelle.
Tracy Chevalier sait créer une atmosphère en décrivant les règles de vie du XIX ème siècle en Angleterre. Elle inscrit ses personnages dans l’époque et dans le lieu. J’ai retrouvé avec plaisir la nature du Dorset et le caractère affirmé des jeunes femmes de Jane Austen. Les femmes anglaises étaient contraintes à respecter certaines règles et les différences de classe étaient très marquées. C’est donc une peinture sociale et aussi religieuse puisque la découverte des fossiles amène Elisabeth à réfléchir sur l’avenir de l’homme et la volonté de Dieu d’abandonner des êtres ainsi créés.
Je me suis vraiment laissée envoûtée par cette histoire, cette amitié entre deux femmes passionnées.
C’est le quatrième livre de Tracy Chevalier que je lis et je suis chaque fois emportée par ses histoires.

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

8 octobre 2013 à 12 h 37 min

Je l’ai lu l’an dernier et j’ai eu un gros coup de coeur pour ce roman qui m’a littéralement transportée sur cette plage, je m’attendais presque à trouver des curios dans mon jardin, emballée j’étais ! Et comme j’ai un fils passionné par les dinosaures, je n’étais pas trop dépaysée 🙂



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :