Quelques librairies proposent du click and collect depuis quelques jours. Nous attendons tous, peut-être avec trop de ferveur le 11 mai, date de reprise progressive de l’activité. Si nous sommes tous raisonnables et que l’épidémie ne reprend pas le dessus, quelques romans du premier trimestre devraient trouver le chemin vers nos librairies.

Premier roman d’un jeune homme né à Montargis, Les cormorans est un roman d’aventures d’une impressionnante maîtrise, explorant avec maestria les contradictions de l’âme humaine.
Sur une île au large du Chili, à la fin du XIXème siècle, des hommes battent la terre pour extraire le guano, un fertilisant à base de fiente d’oiseaux marins. Leur vie ne tient qu’à ce substrat boueux avec autour le ciel obstrué par un brouillard épais qui semble paralyser le monde. Cette île est organisée en une société de classes où des lords exploitent des carriers miséreux. Joseph est l’un d’eux. Il est amoureux de Catalina, la bonne de l’abusif lord Mandfield Ménélas. Bientôt, les Fêtes du guano donneront à chacun l’occasion d’infléchir le cours de son destin. Mais rien ne va se produire comme prévu. Personne ne triomphera de la fiente, il ne reste plus qu’à fuir.  (Source Editeur)

En littérature étrangère, j’ai repéré le nouveau roman de Catarina Bonvicini, Les femmes de, dont la sortie est finalement annoncée pour le 28 mai. 

Citons aussi un drame  historique avec La terre maudite de Juan Francisco Ferrandiz 

Le Tripode aime toujours nous surprendre avec des parutions originales. Esther devrait titiller plus d’un lecteur en mai.

 

Quelques romans noirs pour les amateurs avec deux auteurs consacrés :

Retour de service de John Le Carré

La dernière veuve de Karin 

La marque du père de Emelie Schepp

La seconde épouse de Rebecca Fleet

A noter aussi, un roman adolescent d’Olivier Adam, Les roches rouges devrait paraître le 28 mai chez Robert Laffont.

Espérons que ce déconfinement progressif se passe bien et que nous pourrons rapidement reprendre en toute légèreté le chemin des librairies. Sinon, nous retournerons à nos Pile A Lire, il y a encore de quoi occuper quelques mois.

 

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

26 avril 2020 à 11 h 18 min

J’ai justement fait le point sur les parutions prévues en mai, et c’est une reprise en douceur pour moi aussi question intérêts littéraires. Je n’ose imaginer l’impact sur le fonctionnement des maisons d’édition. Mais nous serons là pour soutenir ! 🙂



    30 avril 2020 à 19 h 12 min

    Maisons d’édition et libraires



      30 avril 2020 à 19 h 35 min

      Bien entendu, mais là je pensais surtout à l’impact organisationnel sur les catalogues qui sont bouleversés et l’impact particulier sur les petits éditeurs indépendants qui n’ont pas les mêmes moyens pour rebondir que les mastodontes. Mais c’est une chaîne dans laquelle les acteurs sont interdépendants, bien sûr.



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :