rash2Titre : Le monde à l’endroit
Auteur : Ron Rash
Éditeur : Seuil
Nombre de pages : 280
Date de parution : août 2012

Présentation de l’éditeur :
Travis Shelton est un jeune gars de dix-sept ans, en perpétuel conflit avec son père, un peu bravache,
un peu paumé. L’été où débute ce roman, un jour de pêche à la truite, le hasard lui offre l’occasion de commettre la bêtise qui va sans doute changer le cours de sa vie : il tombe sur une plantation clandestine de chanvre indien. C’est un jeu d’enfant de couper quelques pieds et de charger le plateau de son pick-up. Pour écouler la moisson miraculeuse, il s’adresse à un ancien prof devenu dealer, Leonard Shuler. Trois récoltes scélérates plus tard, Travis est surpris par le propriétaire du champ, l’intraitable Carlton Toomey, qui lui sectionne au couteau le tendon d’Achille, histoire de lui apprendre qu’on ne vole pas le bien d’autrui. Mais ce ne sera
pas la seule leçon de cet été-là : Travis quitte ensuite la maison paternelle et trouve
refuge dans le mobile home de Leonard, qui va devenir son mentor. À cette occasion, Travis découvrira les lourds secrets qui pèsent sur la communauté de Shelton Laurel depuis un massacre perpétré pendant la Guerre de Sécession, et se trouvera confronté aux doutes engendrés par le passé. Le passage à la stature d’homme se fera certes, et comme souvent, au prix de la découverte de l’amour et de la rupture avec le père, mais il y aura aussi un prix plus fort à payer, qui aura pour monnaie le sang.

Mon avis :
Tout comme dans Un pied au paradis, on se retrouve ici au cœur d’une région forte et sauvage. Ici aussi, l’Histoire imprègne l’atmosphère et l’identité des personnages.
Et j’aime ces héros qui affichent un côté voyou tout en recelant au fond d’eux mêmes une faille, une fragilité qui les rendent si humains.
Travis est jeune, il cherche des moyens de gagner un peu d’argent pour payer les frais de sa voiture. Des petits boulots, la pêche jusqu’à tomber sur de l’argent plus facile. Même si il aide son père à la ferme, il souffre du manque de reconnaissance de celui-ci.
Aussi lorsqu’il rencontre Léonard, un ancien professeur, il voit en lui une figure de père de remplacement. D’autant que ce dernier connaît une étape importante de l’histoire de ses aïeuls. Cette vieille histoire de rivalité entre fédérés et unionistes pendant la guerre de Sécession va les réunir, tout comme la volonté de Travis de reprendre des études.
Au travers des épreuves de la vie, le rejet du père, la violence des Toomey les voisins dealers, la faiblesse de Dena cette jeune femme recueillie par Léonard, la volonté de ses amis ou de sa petite amie, Travis grandit en comprenant où est le meilleur de l’homme.
Ron Rash, une fois de plus, déterre le passé pour aider ses personnages à affronter le destin, tout cela dans une nature très présente, belle et sauvage.

J’ai lu ce livre dans le cadre du jury elle

rentrée 2012

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :