Titre : Lettres d’amour et de guerre
Auteurs : Pavlo et Viktoriya Matyusha et Doan Bui
Editeur : L’Iconoclaste
Nombre de pages : 310
Date de parution : 15 février 2024

 

 

Pavlo et Viktoriya

Pavlo Matyusha est écrivain ( quatre romans publiés en Ukraine mais aucun traduit). Sa  femme, Viktoriya,  est traductrice. Ensemble, ils  ont quatre enfants et vivent à Kiev. Le 24 février 2022, lors de l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, le couple est en vacances dans les Carpates.
Père de quatre enfants, Pavlo n’est pas mobilisable mais il fait le choix de s’engager. Il doit défendre son pays pour l’avenir de ses enfants. Au moins une année, promet-il à sa femme.
Alors, Viktoriya et les quatre enfants s’installent à Paris, un lieu qu’ils connaissent bien pour y avoir fait des études.

Tu voulais aller te battre pour protéger le futur de nos enfants. Moi, je ne voyais pas si loin, je voulais déjà leur garantir un présent.

Mais la guerre n’en finit pas. Au bout d’un an, Viktoriya menace son mari de divorce. C’est le seul moyen dont elle dispose pour pousser son mari à les rejoindre et éviter sa mort.

Les déracinés

C’est à cette période difficile pour le couple que Doan Bui, journaliste et écrivaine rencontre Viktoriya à Paris et Pavlo en Ukraine. Fille de réfugiés vietnamiens, elle est sensible à la tragédie de l’exil et de la guerre. Aussi, elle leur propose de s’écrire et de publier leur correspondance dans son journal.
Les deux époux adhèrent au projet et y trouvent même une manière de se rapprocher, de se confier plus largement en dehors des messages rapides habituels.
Alors que Pavlo raconte les horreurs du front, la mort de ses collègues, son amour et son soutien,  Viktorya est plus réservée, impatiente et inquiète. Telle Pénélope, elle attend le retour de son guerrier. Mais les temps ont changé.

La guerre est atroce, mon amour, et pourtant c’est là que je veux être, que je dois être, avec mes frères d’armes, même si je sais que tu meurs d’inquiétude de me savoir là où je suis.

Grâce aux interventions de Doan Bui et surtout à la richesse de la correspondance des époux, ce roman ne se limite pas aux échanges amoureux et inquiets de deux amants. Il nous parle du passé, du présent et de l’avenir de l’Ukraine.

Défendre la littérature ukrainienne

Viktoriya, grande lectrice depuis l’enfance, traductrice, a créé en 2019 une agence littéraire. Elle souhaite mettre en lumière la littérature ukrainienne.

La langue est un instrument de pouvoir…Quand un peuple veut en coloniser un autre, ça se passe toujours au niveau de la langue.

Gogol, Malevitch,  auteur et artiste ukrainiens ont été revendiqués par la Russie. Audrey Kurkov est connu à l’étranger parce qu’il écrit en russe. Bon nombre d’intellectuels ukrainiens ont été arrêtés, déportés, tués au fil de l’histoire.

la littérature ukrainienne est sous-représentée dans le monde, très peu traduite, écrasée par la littérature russe.

Avec ce livre, nous entrons dans l’intimité d’un couple mais aussi dans le désastre d’une guerre. Hommage aux héros, au front ou en exil, ce livre a aussi l’intention de  faire connaître les noms et les mots des auteurs ukrainiens, la beauté de Kyiv ( et non Kiev en écriture russe)

Les héros, oui, ils sont partout. Ils ont le visage de cette caissière, dans le café proche du front, qui sert les soldats, ils ont le visage de cette petite fille orpheline, ils ont le visage des fermiers qui labourent les champs. J’aime notre peuple ukrainien.

Je remercie Babelio et les éditions Iconoclaste pour l’attribution de ce livre lors de la dernière opération Masse Critique.

 

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *