Titre : Le petit roi
Auteur : Mathieu Belezi
Editeur : Le Tripode
Nombre de pages : 128
Date de parution : 9 mars 2023

 

L’oeuvre de Mathieu Belezi

Après le succès du dernier roman de Mathieu Belezi, Attaquer la terre et le soleil ( lauréat du prix Monde 2022), Le Tripode a décidé de mettre cet auteur sensible et discret à l’honneur en publiant sur les prochaines années une dizaine de ses parutions. Et cela commence avec son premier roman, Le petit roi paru initialement en 1998.
Ce projet littéraire regroupera rééditions de titres dans leur version originale ou révisée et des inédits. Une belle manière de mesurer la cohérence d’un quart de siècle d’écriture d’un auteur à la prose puissante et pudique.

Une enfance écorchée

Mathieu fête ses douze ans lorsque sa mère le laisse dans la ferme du grand-père. Elle compte travailler à l’étranger pour quelques années. L’enfant vit mal cet abandon. D’autant plus qu’il survient après la fuite d’un foyer violent.
Au début, nous découvrons la méchanceté de ce garçon qui s’en prend au chat ou à Parrot, un élève timoré de son collège.
Au fil des jours, au milieu de ses découvertes champêtres, de ses accès de rage, l’enfant se souvient de cris, de bagarres, de violence entre ses parents.
Malgré la gentillesse de son grand-père taiseux, Mathieu s’enferme dans l’incompréhension, la rage, la méchanceté.

Il fixe le feu, la gigue sautillante des flammes, et ce qu’il voit, ce qu’il entend, je pourrais à présent l’inventer, en faire des phrases, c’est si facile; mais en ce temps de l’enfance où tout est à apprendre, je bute contre le mystère de cet homme qui voit ce que je ne sais pas voir, qui entend ce que je ne sais pas entendre. La joue contre l’oreiller, sentant à mon front la chaleur du feu, j’enrage d’être dans l’âge qui ne comprend rien.

Un grand besoin d’amour

A douze ans, le coeur oscille entre l’enfance et le besoin de se montrer fort. Lorsque sa mère lui rend visite pour Pâques, Mathieu se blottit dans ses bras. Mais la mère repart, accentuant une fois de plus la blessure de l’enfant.
Il aurait pu accepter l’amitié d’Annie, sa voisine. Mais un garçon ne joue pas avec les filles. Alors il préfère martyriser les animaux ou humilier le jeune Parrot.

Je ne trouve de consolation que dans la torture des bêtes.

Une affreuse solitude

Otages des violences conjugales, les enfants ont besoin d’être soutenus psychologiquement et affectueusement pour atteindre une nouvelle confiance.
Sa mère l’a sauvé des coups en osant quitter le foyer mais elle n’a pas pensé à l’accompagner vers la résilience. Malgré sa bonté, le grand-père est aveugle de cette souffrance ou impuissant à aider l’enfant. A l’école, Mathieu n’est qu’un mauvais élève qu’il convient de mater.
Personne n’entend cette douleur qui se transforme en méchanceté. Alors comment l’enfant peut-il échapper à ce qu’il a vécu? Comment peut-il avoir confiance en l’avenir?

Avec une très belle écriture, Mathieu Belezi propose un roman à la fois insoutenable et beau.

 

 

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

23 avril 2023 à 20 h 26 min

Ce sera ma prochaine lecture, chic.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *