Titre : Lucia et l’âme russe
Auteur : Vladimir Vertlib
Littérature autrichienne
Titre original : Lucia Binar und die russische seele
Traducteur : Carole Fily
Nombre de pages : 320
Date de parution : 12 avril 2018

Lucia Binar, un personnage

Lucia Binar est née dans cet immeuble de la rue Grosse Mohrengasse. Et, à son âge, elle entend bien y mourir. Même si ce n’est pas simple. Handicapée à la suite d’un accident dans le bus, elle doit dépendre de services sociaux qui lui apportent ses repas. Ses enfants sont loin et l’appellent rarement.
Mais la vieille dame a du tempérament et elle ne se laisse pas faire. Ni par Moritz, ce jeune androgyne qui fait une pétition pour débaptiser la rue des Maures en rue des carottes! Ni par Elisabeth, l’employée du centre d’appels qui lui proposent de manger des gaufrettes tout le week-end si ses repas ne sont pas livrés!

Un immeuble à l’abandon

Lorsque Lucia rentre de sa cure, elle constate que son immeuble vétuste est devenu un refuge pour SDF et immigrés. Elle va de ce pas, plus si alerte, rendre visite au propriétaire, Willy Neff. Cet opportuniste qui construit des immeubles en périphérie de la ville, lui propose un autre logement. Rien à faire!
Alors quand elle entend dans la salle d’attente de Willy, les voix d’Elisabeth et d’Alexander qui affirment détenir les moyens de faire pression sur Willy, elle n’a de cesse de retrouver cette Elisabeth. Le jeune Moritz lui propose son aide.

Une quête rocambolesque

nous évoluons tous dans un seul et même univers, parallèlement les uns aux autres. Pour nous rencontrer, il ne tient qu’ànous de tenter une collision…

Lucia et Moritz sillonnent Vienne à la recherche d’Elisabeth. Ce qui devient l’occasion de rencontrer plusieurs personnages et d’en savoir davantage sur les vies d’Elisabeth et d’Alexander, bachkir qui a passé sa jeunesse en Russie.
La confession d’Alexander est un peu longue mais nous permet d’avoir une vision de la vie en Russie. Les visites aux différentes Elisabeth nous éloignent un peu du sujet. Le rythme reprend lors du spectacle de Viktor, voyant, hypnotiseur, maître des profondeurs de l’âme russe. Le maestro va dévoiler les secrets des participants à son grand show. Ebranlés par les faits, bouleversés par la musique, chacun rentrera chez lui métamorphosé.

Contexte social de l’Autriche

Le roman est rythmé, amusant. Lucia est une vieille dame très attachante, amoureuse des lots et de la poésie.

Ma soif des mots est plus forte que mon désir de m’alimenter d’une nourriture plus substantielle que des poèmes.

En ébauchant leur passé, l’auteur donne aussi beaucoup de consistance aux autres personnages. Derrière cet humour et cette tendresse pour les personnages, Vladimir Vertlib décrit une ville en voie de délabrement, un pays raciste. Une Autriche qui a aryanisé les biens juifs après la guerre et dont le parti de la liberté accepte les Serbes mais pas les musulmans en 2005.

Tout le pays est un bordel.

Vladimir Vertlib peint un monde assez cynique où l’espoir pourrait toutefois venir si chacun fait l’effort de rencontrer l’autre.

Ce roman , lu dans le cadre de l’opération Les feuilles allemandes m’a permis de découvrir l’univers satirique de Vladimir Vertlib et de rencontrer Lucia, une vieille dame indigne très attachante. Une lecture amusante sous un fond social critique.

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

28 novembre 2021 à 10 h 57 min

Je ne connais pas cet auteur. Je vais pouvoir engranger des titres pour les prochaines Feuilles allemandes !



28 novembre 2021 à 13 h 51 min

Merci pour ta participation! Je garde à l’esprit ce titre pour une prochaine édition.



28 novembre 2021 à 15 h 33 min

je le note aussi 🙂



29 novembre 2021 à 14 h 00 min

Tu me donnes envie de découvrir l’auteur.



2 décembre 2021 à 10 h 20 min

Merci beaucoup d’avoir présenté Vladimir Vertlib pour notre mois thématique – je pense que c’est la première fois qu’on le voit chroniqué. C’est sans doute un auteur à découvrir. Je lirai prochainement L’étrange mémoire de Rosa Masur.



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :