Titre : Par la racine
Auteur : Gérald Tenenbaum 
Editeur : Cohen Cohen
Nombre de pages : 200
Date de parution : 26 janvier 2023

 

Profession : écrivain de vie

La tempête sévit sur la France en cette fin d’année 1999. Et sur la vie de Samuel Willar. L’EHPAD lui annonce la mort de Baruch, son père. Cet ancien exilé polonais, passionné de musique classique et d’essais littéraires, autoritaire, a toujours gardé le secret sur sa vie. Samuel ne récupère que quelques effets personnels dont une montre, des photographies d’un kibboutz en 1931 et une note avec un numéro de téléphone.
Ni sa mère, séparée de Baruch un an avant son suicide, ni sa soeur Clara ou Jacques, son frère marin à bord d’un navire de commerce ne connaissent cette histoire de kibboutz.
Baruch a toujours critiqué le métier de Samuel. Biographe, il écrit de faux parcours ancrés dans la vérité à des inconnus qui rêvent d’une autre histoire de vie. Et pourtant, la note laissée avant sa mort le met sur la route de Luce Halpern, bibliothécaire à l’Institut européen Rachi à Troyes. Elle souhaite connaître et adapter son parcours de vie afin de postuler au Yivo à Manhattan.

Luce Halpern

Luce est bibliothécaire et comédienne. Elle joue le rôle de Leah dans la pièce d’Anski, Le dibbouk. Ce thème de la tradition juive place ce roman à la lisière de deux mondes, celui des morts et des vivants.

Partout l’étreinte de la mort par la vie, et partout l’inverse. Le monde funèbre mord sur celui des vivants, et le lieu de l’intersection apporte un contre-champ à chacun des deux univers.

Luce n’a pas connu son père, elle a été élevée par Linélé, la meilleure amie de sa mère, Lina Berg. Baruch connaissait bien les presque soeurs, Linele et Lina, voisines de Lunéville, lieu de naissance de Samuel.

Il est venu pour inventer une vie à Luce et c’est la sienne qui fait surface.

Le coeur de métier de Samuel est de tisser des intrigues pour modeler la vie de ses clients tout en s’écartant de son propre chemin. Mais pas cette fois.

Pèlerinage sur les lieux du passé

Samuel et Luce parcourent la France : Dijon, Lyon, Grenoble où la jeune femme retrouve des figures de son passé. Puis le couple rejoint Jacques à Gênes. Sur son navire, ils embarquent pour Israël. C’est l’occasion de parler du passé avec Jacques, le fils que Baruch rejetait violemment.
Au kibboutz Ein Hahoresh, ils enquêtent sur le passage de Lina Berg en 1982. C’est l’occasion de découvrir un pan de sa vie et le poète Abba Kovner.
Gérald Tenenbaum, mathématicien et auteur érudit nous emmène sur des chemins de vie toujours accompagné de Haendel ou Ravel. On y rencontre de beaux personnages. C’est un roman sur le besoin de connaître ses racines, sur l’enracinement, sur le lien avec les morts qui du démon du dibbouk se révèle plutôt dans sa forme positive de l’ibbur.
Les romans de Gérald Tenenbaum sont souvent denses, riches de la culture juive et artistique. Mais l’auteur sait nous prendre par la main et nous guider vers des histoires, des rencontres humaines d’une belle richesse.

 

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

17 février 2023 à 11 h 09 min

J’apprécie beaucoup l’auteur, mais celui-ci me tentati moins.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *