Titre : Ce qui reste des hommes
Auteur : Vénus Khoury-Ghata
Éditeur : Actes Sud
Nombre de pages : 128
Date de parution : 3 février 2021

 

La vieillesse et la mort

Il n’est pas facile de vieillir. Surtout pour une femme. Encore moins pour une belle femme qui a mené une vie de  bohème. Diane, écrivaine, ne nous dira pas son âge. Il n’est pas si avancé et elle ne souffre d’aucun mal, d’aucune usure du temps. Mais sa mélancolie renforce son impression de solitude. Si elle doit finir sa vie seule, il est hors de question qu’elle s’allonge dans la mort en solitaire. Paul, son mari, mort brutalement suite à une opération à cœur ouvert,  a été inhumé dans la tombe de ses amis. Diane ne veut pas se laisser surprendre. Elle commande une sépulture pour deux avec une belle dalle de marbre rouge veinée de gris. Il ne reste plus qu’à trouver parmi ses anciens amants celui qui acceptera de dormir près d’elle pour l’éternité.

 

Une chasse à l’homme

Diane a vécu plusieurs histoires d’amour. Le premier n’est plus que cendres dans une urne envoyée par sa veuve. Elle se souvient aussi de Manuelo, un Indien Inca disparu au-dessus de la cordillère des Andes. Ou de ces trois yougoslaves qui ont habité chez elle le temps du siège de Sarajevo. La seule piste « vivante » est celle du sinologue allergique aux chats qui ne lui avait plus donné signe de vie depuis sa longue marche en Chine en 1976.Chaque rencontre ouvre une porte vers un ailleurs : la Chine, la cordillère des Andes ou la Yougoslavie. Ce ne sont malheureusement que des évocations dans ce court roman.

Tu attires comme un aimant les fantasques, les extravagants et les délirants de ton espèce.

Dans ses rêves, Diane fait revivre les morts.

Les derniers feux

Dans cette quête farfelue, Diane est soutenue de loin par son amie Hélène. Elle aussi est veuve. Son mari, avocat, a été sauvagement assassiné dans leur maison sur la Riviera. Elle y retourne pour la première fois, bien décidée à la vendre. Mais elle y trouve deux hommes, Angelo et Luca. Sont-ils des squatteurs ou les assassins mafieux de son mari? En attendant un message de l’au-delà, elle prend du bon temps avec ces deux lascars qui l’emmènent se ruiner dans les casinos.
Dans ses lettres, Hélène reproche à Diane de convoquer les anciens.

Tu ferais mieux d’embaucher un vivant, un grand costaud capable de réchauffer ton lit et tout le reste

Pourquoi pas ce jeune homme impertinent, provocateur, rencontré lors de l’enterrement d’une riche parente?
Se parer d’une robe rouge, écumer les casinos, les deux veuves fantasques, entre deux séances de spiritisme, veulent vivre pour oublier la mort. Délicieuses et attachantes, elles sont de parfaits personnages pour traiter d’un sujet grave sans assombrir un récit.

Le roman, source de vie

Vénus Khoury-Ghata fait de son personnage principal une écrivaine. Elle rappelle ainsi le pouvoir de l’écriture comme une manière de se sauver de la mort. Des personnages fantasques et lumineux nous font oublier la tristesse de la solitude et de la mort. Mais le triomphe de la vie n’est-il pas en cet amour charnel entre Diane et le jeune Raphaël?

Écrire et aimer relèvent d’un même séisme

Encore faut-il oser accepter le merveilleux, vivre quelque soient ses réticences et son âge.

 

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :