Titre : Héritage
Auteur : Miguel Bonnefoy
Éditeur : Rivages
Nombre de pages : 256
Date de parution : 19 août 2020

 

 

Né d’une mère vénézuélienne et d’un père chilien, un pied en France où il est né et le cœur en Amérique du Sud, Miguel Bonnefoy continue dans la veine picaresque avec ce qui semble être son héritage.

L’exil se fait ici dans l’autre sens mais qui sait si le destin ne nous promet des allers et retours d’un continent à l’autre.

Celui que l’on appellera le vieux Lonsonier ( nom issu d’un quiproquo au service de l’immigration), vigneron du Jura quitte Lons-le-Saunier quand il perd toutes ses vignes à cause du phylloxera. Il embarque sur un bateau en direction de la Californie mais le destin ou la magie noire le fait échouer à Valparaiso. Très vite, il implante plusieurs domaines, se marie avec Delphine Moriset et s’installe dans une maison rue Santo Domingo près du fleuve Mapocho. Le couple aura trois fils qui, fiers de leur sang français, s’engagent pour défendre la France lors de la première guerre mondiale. Seul Lazare en reviendra, un bout de poumon en moins et le regret d’avoir condamné Helmut Drichman, un voisin parti se battre dans le camp ennemi. Et oui, la guerre a ce côté aberrant qui oblige parfois des voisins à se battre dans des camps adverses!

Au fil des années, nous ferons la connaissance de la descendance du vieux Lonsonier, des idéalistes qui vivent leur passion jusqu’au bout. La femme de Lazare, issue d’une famille de musiciens, voue une passion pour l’ornithologie. Leur fille Margot rêve de voler mais dans un avion. 

Le registre picaresque prend un peu de gravité lorsque le fils de Margot, Ilario Da est arrêté et torturé par la junte militaire. Guerres et dictatures ont eu raison de la folie heureuse d’une famille insouciante et fantaisiste.

Héritage est dans la continuité de Sucre noir. On y retrouve d’ailleurs la famille Bracamonte. Les  tribulations picaresques de personnages hauts en couleur, la touche d’exotisme et de magie, le ton ironique sont la marque de fabrique de l’auteur. Mais à trop jouer la carte du rocambolesque, l’auteur me fait oublier l’essentiel du livre. L’exil, aussi douloureux soit-il, a cette richesse de propager les idées, de maintenir un patrimoine. L’exil de vignerons après l’extinction complète des vignes en France a permis de continuer à cultiver nos cépages en Californie ou en Amérique du Sud. Des cépages qui ont ensuite pu être réimplantés en France. Quelque soit l’endroit où l’on vit, il y a toujours au fond du cœur un sentiment patriotique qui pousse ici les jeunes à s’engager pour défendre leur pays d’origine dans des guerres souvent absurdes à leurs yeux.

C’est toujours un réel plaisir de lire un roman de Miguel Bonnefoy. On voyage, on s’immerge dans une autre dimension, on se délecte des aventures de personnages truculents. Avec plus de retenue, de nuances, de sensibilité, Le voyage d’Octavio, premier roman de l’auteur , reste toutefois mon préféré.

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

29 août 2020 à 11 h 17 min

il m’a déçue. J’attendais autre chose.



30 août 2020 à 14 h 44 min

J’avais bien aimé Sucre noir, je note donc le premier roman de l’auteur.



30 août 2020 à 19 h 17 min

Un de mes préférés de la rentrée pour l’instant !



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :