Titre : Analphabète
Auteur : Mick Kitson
Littérature écossaise
Titre original : Mary Peace
Traducteur : Céline Schwaller
Éditeur : Métailié
Nombre de pages : 256
Date de parution : 28/01/2021

 

 

Une promesse impossible

Sur son lit de mort, Tony Shaski fait promettre à son fils Jimmy de ne jamais tenter de rechercher sa mère. Mary Peace avait quitté le foyer alors que Jimmy n’avait qu’un an. Ce gosse, elle n’en voulait pas! Mais, peut-être pour contrer sa belle-mère, une bigote qui donne tout son argent au pasteur, l’adolescent ne peut s’empêcher de rompre sa promesse.

Une mère toxique

Mary Peace ne sait ni lire ni écrire mais elle n’en tire aucune honte. Née au sein d’une communauté hippie dans une exploitation agricole, sa naissance n’est même pas déclarée. Elle est élevée par Nigel Peace, son père, un gourou qui prône le danger du désir.

On m’a enseigné que tout désir était mauvais et résultait de l’attachement au petit moi.

A l’adolescence, elle n’a qu’une hâte : fuir et courir après le luxe. A dix-sept ans, elle part avec Tony, un saisonnier agricole de vingt ans. Mais ce fils d’un polonais et d’une communiste du Fife ne peut lui apporter le luxe dont elle rêve.

Une ronde de personnages

Tous les personnages rencontrés sont nommés et l’auteur nous en parle succinctement. L’accumulation est assez déroutante en début de livre. A part Mary, Jimmy et peut-être sa copine Kinga, on peine à tout intégrer avec suffisamment d’intérêt. Malheureusement l’enquêtrice, Julie Jones, peine à tirer son épingle du jeu.

Une enquête en demi-teinte

D’ailleurs l’enquête en pâtit. Elle ne semble qu’un moyen de réunir les personnages et de dévoiler petit à petit le parcours de Mary. Mary, une jeune femme analphabète qui sait particulièrement bien manipuler les hommes riches et les jeunes drogués. Extorsion de fonds sur les uns, plaisir avec les autres qu’elle n’hésite laisser mourir « après usage ». Car Mary veut toujours plus de luxe, plus d’argent. L’auteur n’utilise pas l’argument de l’enfance difficile. Mary assume pleinement.

Un décor écossais

En fond de cette enquête plus intéressante du côté du fils que de l’enquêtrice, Mick Kitson dresse un bref aperçu de la situation économique de l’Ecosse. Tony Shaski se contentait de petits revenus. A la fois pêcheur et couvreur, il peinait à finir les fins de mois. Aujourd’hui les jeunes travaillent sur les éoliennes comme avant leurs parents travaillaient à la centrale thermique. Mais entre la disparition du charbon puis de la centrale, beaucoup s’était retrouvé au chômage. Dans ce contexte, les prédicateurs et les dealers font commerce.

Un roman bien mené 

J’avais apprécié le style simple et fluide de Mick Kitson lors de la lecture de son premier roman, Manuel de survie à l’usage des jeunes filles. Une fois de plus, l’auteur sait nous embarquer dans la quête d’un adolescent déboussolé par la perte de ses parents. La quête de Jimmy est sans aucun doute le biais le plus attachant de ce roman. Ses amis,Willy et surtout Kinga, apportent de la fraîcheur et de la légèreté au récit. Le nombre de personnages et l’enquête policière apportent un bémol à ce récit plutôt bien mené avec rythme et humour malgré la gravité des sujets de fond.

 

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :