Titre : Un roi sans divertissement 
D’après l’oeuvre de Jean Giono
Scénario : Jean Dufaux
Dessinateur : Jacques Terpant
Editeur : Futuropolis
Nombre de pages : 64
Date de parution : 18 août 2021

 

Un monument littéraire

Un peu plus de cinquante ans après la disparition de Jean Giono, Jean Dufaux et Jacques Terpant rendent hommage à cet écrivain qui a inscrit son talent au coeur du monde paysan provencal. Et cette adaptation sublime les magnifiques paysages du Vercors si chers à l’auteur.
En 1843, le capitaine de gendarmerie Langlois débarque dans le petit village de Lalley où plusieurs disparitions ont été signalées. Langlois, personnage fascinant et énigmatique, mène rapidement l’enquête et abat froidement le coupable.
Un an plus tard, il revient s’installer dans ce village comme commandant d’une louveterie.

Un personnage fascinant

Dufaux et Terpant se focalisent sur ce personnage et excellent à en montrer son mystère fascinant et sa bizarrerie sauvage. Le récit commence avec l’arrivée d’un homme chez la femme du capitaine de louveterie qui a bien connu Langlois. Cet homme veut en savoir davantage sur l’énigmatique commandant. Mme Tim va lui conter cette histoire en plusieurs actes. J’ai été  complètement happée par cette histoire et par le personnage de Langlois.

Comme une envie de lire le roman de Giono

L’adaptation de roman culte en bande dessinée est une belle occasion de faire découvrir des chefs-d’œuvre de la littérature à un nouveau public. Et celle-ci remplit parfaitement son rôle. Non seulement elle rend hommage à l’oeuvre par la qualité de son texte et des ses illustrations mais elle donne une furieuse envie d’en savoir davantage en lisant le roman de Giono.
Les auteurs se focalisent sur le personnage de Langlois. Mais ils aiguisent l’appétit en évoquant la qualité de plusieurs personnages secondaires. Et j’ai bien envie d’en savoir davantage sur le procureur, Clara, Delphine ou Arnaude, la fille de Mme Tim.

Auteur

contact@surlaroutedejostein.fr

Commentaires

16 octobre 2021 à 11 h 56 min

oh oui, Giono en BD mais quelle bonne idée ! Ferrandez l’a déjà fait je crois.



19 octobre 2021 à 11 h 47 min

J’attends ton avis sur le roman, alors.



Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :